ambre narguilé

sue johnson: wasp-nest-tail oriole, 1997

Hermès a imaginé les Hermessences, une collection d’eaux de toilette, et Jean-Claude Ellena les a matérialisées. Ellena, souvent surnommé l’aquarelliste du parfum, envisage ces Hermessences comme un laboratoire d’expérimentation. L’ingrédient nommant chaque création est toujours idéalisé en exacerbant ou dissimulant ses facettes intrinsèques pour en composer une variation.

Cette fois-ci l’ambre, résine arborescente qui cristallise à l’air par oxydation, se dilue et s’aromatise. L’accord ambre que l’on utilise en parfumerie (vanille, benjoin, labdanum, musc) s’enrichit de sésame, cannelle, fève tonka et amande. Le fond, un tabac cuiré et balsamique, soutien tous les ingrédients et les fait dialoguer.

Le narguilé, avec l’arôme doux du tabac fruité et mielé, s’y trouve bien présent. L’ambre aussi, rhumé et sirupeux, un tantinet excessif. L’Orient, à mon avis, pas du tout. Il n’y a pas de fumerie exotique ici: lorsque je me parfume en Ambre Narguilé je vois une tarte tatin peu beurré, overdosée de cannelle et eau-de-vie, dont les pommes peu cuites croustillent sous les dents.

Ambre Narguilé n’est pas un goûter sucré, mais son évocation. La composition est une gourmandise équilibrée et élégante, orientaliste, et son sillage et sa ténacité en font une armure efficace contre les froids hivers de la nostalgie.

Publicités

laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :