marcel proust

richard pettibone: proust’s bedroom, 1966

Les violettes furent bien courtisées par les classiques: les grecs les utilisaient pour orner les cercueils des jeunes vierges et Pline l’Ancien leur attribuait le pouvoir de calmer les céphalées et atténuer la gueule de bois. A partir du Haut Moyen-âge elles devinrent une marque d’honneur et de respect. Même si l’on les découvrit «olfactivement»  durant l’époque victorienne, c’est grâce à la parfumerie française qu’elles sont logées dans une place discrète mais incontestable.

De nos jours, ce sont les feuilles de la viola odorata que peuvent donner naissance à l’absolue. Son odeur est poudrée, verte et terreuse. En revanche il faut que les parfumeurs utilisent les ionones, composés synthétiques, pour reproduire la senteur des fleurs, dans ce cas-ci un peu moins verte et légèrement plus sucrée.

Je repense surtout maintenant au petit jardin où je prenais avec ma mère le déjeuner du matin et où il y avait d’innombrables pensées. Elles m’avaient toujours paru un peu tristes, graves comme des emblèmes, mais douces et veloutées, souvent mauves, parfois violettes, presque noires, avec de gracieuses et mystérieuses images jaunes, quelques-unes entièrement blanches et d’une frêle innocence. Je les cueille toutes maintenant dans mon souvenir, ces pensées, leur tristesse c’est accrue d’avoir été comprises, la douceur de leur velouté est à jamais disparue. [Marcel Proust: La confession d’une jeune fille]

C’est après la lecture de ce passage et la façon dont l’écrivain s’exprime que j’ai pensé à une odeur qui lui eût pu être chère. Ce panégyrique m’inspirait la verdure d’un jardin clos dont les brisures du dallage débordent des violettes. La réponse est arrivée en triptyque:

I

Santa Maria Novella – Violetta

Le matin, dans la salle de bain silencieuse et saturée de vapeur, le rituel de la toilette et l’habillement prépare Proust pour la quotidienneté. Cette version de la violette est inattendue par la verdure d’une brassée de feuilles craquantes et fleurs aux antipodes de la douceur, tout juste revêtues d’une vanille aqueuse.

II

Les Nez – The Unicorn Spell

Le petit-déjeuner attend dans le jardin, où la table préparée dépasse les parterres avec leur flore encore assouplie. Isabelle Doyen intensifie la force du feuillage du jus et la violette, verglacée, se déploie toute-puissante. Le fond boisé et légèrement poivré devient le sous-bois d’une forêt.

III

Serge Lutens – Bois de Violette

Marcel s’enfonce dans le boudoir de la maison pour y retrouver sa mère. Il se blottit dans ses bras et reconnaît encore une fois la petite fleur: elle est devenue douillette et riche. Christopher Sheldrake créa un alcool de cèdre blanc paré de violettes, voluptueux et suggestif. La jeunesse dorée et le désenchantement présent se mêlent, luxueux, en décadence.

Publicités

laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :