archive

la collina toscana

lucio fontana: concetto spaziale - attese (questo quadro ha sette tagli), 1968

lucio fontana: concetto spaziale – attese (questo quadro ha sette tagli), 1968

Ça a été dans une petite parfumerie qui propose les marques de niche italiennes que j’ai découvert La Collina Toscana. Prenant son inspiration dans les villes et la culture toscans, ce parfum lancé en 2011 se veut un boisé raffiné.

La note pivot est l’oud (Aquilaria malaccensis). Cet arbre poussant en Asie est souvent infecté par une variété de champignon, le Phaeoacremonium parasitica, qui sécrète une résine aromatique. Même si la maison propose une tête de cèdre du Texas et un cœur de santal australien, le bois d’oud y est soutenu et insistent. Les autres matières, bien que presque palpables, sont absorbées par le héros de la composition.

Loggia dei Mercanti, la loge des marchands, sent les outres remplies de vin. Pas un vin alcoolique, mais une potion balsamique, liquoreuse. Le bois d’oud perd ses facettes sourdes et rêches pour ne reprendre qu’une partie de son exotisme. Le tout devient charnu et beurré. Cette boisson contient des fleurs et des épices que l’on y a fait macérer, mais elles se perdent dans la noirceur de la cave : des pétales de rose, des écorces de mandarine, des baies sauvages…

Je n’affirme pas, je divague. La peau émane encore cette senteur crémeuse et nostalgique, tiède et froide en même temps. La construction de Loggia dei Mercanti n’est pas exceptionnelle, et l’on pourrait lui reprocher une ténue discrète et une évolution presque monocorde. Il faut cependant mettre le parfum le soir et le jour, l’hiver et l’été, et vérifier que son petit caléidoscope, même si ne quittant jamais le rouge, renferme plein de filigranes complexes et précieuses.